Le nouvel essai BICULTURELS est paru en février 2013

« Ce n'est pas ton frère qui est mort, c'est toi! Et tu prendras sa place dans cette école! »

Cette phrase inouïe, prononcée par ma mère en pleine détresse, me fit l'effet d'une déflagration!

Mon frère venait de mourir noyé, l'équilibre familial de voler en éclats, mais je n'avais pas le temps de m'attarder sur ma peine, il me fallait d'urgence endosser l'identité du disparu, pour ne pas laisser perdre sa solde de gendarme garantie à vie.

En quelques secondes, ma mère avait pensé la chose et me l'avait imposée, la ponctuant sans faillir d’un " c'est pour ton bien!".

Elle qui, d'habitude, se décrivait comme un être faible, se révélait soudain dans sa toute-puissance, et moi, je n'ai rien su faire d'autre qu'obéir, donc partir, seul, encombré de deux vies tout en étant déclaré mort.